Mette Gauguin et ses cinq enfants, photo envoyée à leur père de Copenhague. Debout de droite à gauche, Emil, Aline, Jean-René au premier plan près de sa mère, puis Clovis tout à gauche, assis sur les genoux de Mette, le petit Pola.  

Daniel de Monfreid, Homme à la chemise bleue (autoportrait), Huile sur carton, 1901, Paris, Musée d'Orsay. Monfreid accueillit Gauguin dans son atelier à Paris et lui présenta Juliette Huet. Il devint l'ami indéfectible de Gauguin. 

Jean Moréas (1856-1910), auteur du Manifeste du Symbolisme. 

Charles Morice (1860-1919) par Eugène Carrière. 

Stéphane Mallarmé (1842-1898), photographié ici vers 1890 par Nadar, à l'époque où il rencontra Gauguin. 

Octave Mirbeau (1848-1917), mis en relations avec Gauguin par Mallarmé, auteur d'articles enthousiastes sur Gauguin dans L'Echo de Paris et le Figaro. 

Portrait gravé de Mallarmé par Gauguin, 1891, Art Institute of Chicago. 

La Perte du Pucelage, 1891, Norfolk (USA), The Chrysler Museum. Ci-dessous, détail du visage de Juliette Huet qui servit de modèle et fut la mère de Germaine, fille de Gauguin. 

Gauguin à Copenhague en 1891. Venu dire adieu à sa famille avant son départ pour Tahiti, il pose de manière humoristique entre ses enfants Emil et Aline. Ci-contre son visage en gros plan.  

La Mère de l'artiste, 1890-93, Stuttgart Staatsgalerie, (portrait d'Aline Chazal-Gauguin d'après photo, commencé en 1890 comme l'oeuvre ci-dessous et peut-être achevé plus tard.)

Eve exotique, 1890, huile et gouache sur carton, Hakone (Japon), Pola Museum of Art. Cette Eve nue est une confidence très intime de l'artiste : elle a le visage de sa propre mère Aline...