Gauguin installe son atelier rue Vercingétorix à Paris. Cet espace se compose d'une petite chambre à coucher et d'une grande salle faisant office d'atelier. Il le peint en jaune avec du vert olive ici et là comme on peut le voir dans son auto-portrait au chapeau ci-dessous. Il le décore de ses peintures, sculptures, armes ou objets maoris, et il demande à Johanna la veuve de Théo Van Gogh, de lui envoyer les tableaux de Vincent qui lui appartenaient et étaient en dépôt chez elle. Dès qu'il les reçoit, il accroche ces deux toiles de Van Gogh dans sa chambre à coucher ! Etonnante évolution. Gauguin a enfin compris le génie de son ami Vincent.  Puis, tout en s'adonnant à la peinture, il écrit le manuscrit de Noa Noa qu'il illustre par des aquarelles, collages pré-surréalistes dont on trouvera quelques exemples ci-dessous. Enfin, comme à son habitude, il explore des voies nouvelles, inversant la technique de la gravure : au lieu des traits noirs sur fonds blancs, il travaille ses bois pour avoir des traits blancs ou de couleurs sur fond noir. Cela lui permet d'obtenir de fascinants résultats dans l'illustration de la mythologie tahitienne, ou la reprise de certains de ses tableaux.  Durant ce séjour parisien, on lui présente Annah la Javanaise, qui devient son modèle puis sa maîtresse. Un somptueux portrait d'elle sera réalisé à Paris. 

Vincent Van Gogh, Quatre tournesols coupés, 1887, Otterlo, Kröller Müller Museum.

Vincent Van Gogh, Autoportrait dédicacé à Paul Gauguin, 1888, Cambridge (USA), Fogg Art Museum.

Portrait de l'artiste au chapeau, 1893, Paris, Musée d'Orsay. 

Peint au dos de l'autoportrait ci-dessus : Portrait de William Molard, 1893, Paris, Musée d'Orsay. 

Autoportrait à la palette, 1893, Collection particulière. 

Le Violoncelliste Schneklud, 1894, Baltimore, Museum of Art. 

Mahana no atua (Le Jour du Dieu), 1894, Chicago Art Institute. 

Arearea no varua ino (Sous l'empire du revenant), 1894, Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek.

Annah la Javanaise, 1894, Bâle, Kunstmuseum.

Suite Noa Noa, gravures sur bois
            Quelques images 

L'Univers est créé, Gravure sur bois, 1894, Chicago Art Institute.

L'Univers est créé, autre tirage de la gravure sur bois avec rehauts de couleurs, 1894, Cicago Art Institute.

Te faruru (Ici on fait l'amour), Gravure sur bois, 1894, Washington, National Gallery of Art. Gauguin avait mis cette image sur la porte de son atelier, rue Vercingétorix

Auti te pape (Femmes à la plage), 1894, Gravure sur bois inspirée de deux toiles combinées de 1892 (voir chapitre Tahiti solaire et ténébreux), effet saisissant inversant la technique de la gravure : la lumière à son plus haut devient noire !  Je renvoie aux analyses du livre. Chicago Art Institute. 

Mahana te atua (Le jour du Dieu), 1894, Gravure sur bois inspirée du tableau ci-dessus, Chicago Art Institute.

Mahna no varua ino (Le Jour du mauvais esprit), Gravure sur bois, 1894, Ottawa, Musée des Beaux-Arts du Canada.  

Mahna no varua ino, autre tirage du précédent, 1894, Chicago Art Institute. 

Te po (La Grande Nuit), Gravure sur bois, 1894, Paris, Bibliothèque de l'Institut National de l'Histoire de l'Art (INHA). 

Manuscrit de NOA NOA
Première page, aquarelles, photos, collages