Rentré en France malade à l'automne 1887 après son séjour  dramatique à  la Martinique où il faillit mourir d'un paludisme contracté à Panama,  Gauguin fait la connaissance de Théo Van Gogh, le marchand d'art, puis de Vincent Van Gogh qui s'enthousiasme pour sa peinture et pousse son frère à acheter des oeuvres de Gauguin soudain libéré (provisoirement) de ses difficultés financières.  Mais cet hiver est comme le précédent l'occasion pour Gauguin de mener une nouvelle campagne de créations de sculptures-céramiques. 

Théo Van Gogh (1857-1891). 

Autoportrait de Vincent Van Gogh réalisé à Paris peu avant son départ pour Arles au début de 1888. Il a fait la connaissance de Gauguin depuis peu et lui a dit son enthousiasme pour les toiles rapportées de la Martinique. 

Vase en forme de tronc grotesque, 1887-88, Paris, Musée d'Orsay. 

Compotier à la baigneuse, 1887-88, Collection particulière.

Pot en forme de buste de jeune fille, portrait de Jeanne Schuffenecker, 1887-88, Collection particulière. 

Vase décoré d'une baigneuse sous des arbres, 1887-88, Collection particulière. 

Vase en forme de tête de Martiniquaise, 1887-88, Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek.

Vase-femme avec une ceinture de serpent, 1887-88, Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek. 

Vase avec Léda et le cygne, 1887-88, Collection particulière.